Google : de la conduction osseuse dans Google Glass ? Par Nabil Chaibi

brevet google

Après un brevet laissant supposer l’installation d’un clavier à projection laser dans le projet Google Glass, le géant du net dépose cette fois un système permettant l’intégration d’un système audio ostéophonique.

Google multiplie actuellement les dépôts de brevet, dont la majorité ne sont pas orientés vers le développement de son OS mobile Android, mais bel et bien des brevets techniques en vue d’équiper Google Glass.

Ainsi, il y a quelques jours, la firme déposait un brevet concernant l’intégration éventuelle d’un projecteur laser permettant d’obtenir un clavier virtuel avec Google Glass. Cette fois, le brevet propose un système audio impliquant la conduction osseuse pour faire parvenir un ensemble de sons au porteur des lunettes à réalité augmentée.

Le système implique l’intégration d’au moins un transducteur de vibration capable de faire convoyer le son sous forme de vibrations à travers les os du crâne pour atteindre directement l’oreille interne du porteur.

Project Glass 03

En insistant sur le fait que le système ne pourrait bénéficier que d’un seul transducteur, le brevet laisse supposer que Google Glass pourrait ne pas proposer de son en Stereo. La technologie de conduction osseuse est déjà rôdé, et divers fabricants comme Panasonic proposent déjà des casques audio fonctionnant sur ce principe.

Comme toujours, le dépôt d’un brevet n’annonce pas forcément une application ni immédiate ni future du système proposé, néanmoins la multiplication des dispositifs ostéophoniques pourrait largement encourager Google à en équiper son système.

Par Nabil Chaibi

Publicités

Google Glass pointe son nez à la FCC. Par Nabil Chaibi

Google est très enthousiaste quant à son projet Google Glass, les premiers dispositifs « Explorer Edition » devant se rendre disponibles début 2013, le projet fait aujourd’hui son entrée dans les laboratoires de la FCC.

C’est un passage obligé pour tout dispositif embarquant des moyens de communication sans fil, Google Glass est finalement arrivé dans les locaux de la FCC ( Federal Communications Commission ).

Et c’est un bon point pour Google puisque cette étape annonce non seulement une sortie prochaine qui devrait rassurer les plus sceptiques quant à l’avancement du projet, mais également parce qu’il s’agit d’une occasion d’en apprendre un peu plus sur la paire de lunettes de réalité augmentée.

Ainsi, la FCC devra déterminer si le module embarqué est conforme aux réglementations en vigueur concernant les communications sans fil. À ce sujet, on apprend que Google Glass embarque un module Broadcom 2.4GHz 802.11 b/g WiFi associé à une puce Bluetooth 4.0 +LE.

glass

Présenté succinctement il y a plus d’un an, on en sait finalement actuellement peu sur les composants qui embarqueront dans le projet Google Glass. Le dépôt du projet à la FCC pourrait également confirmer la présence d’un système audio à conduction osseuse, puisqu’il y est fait référence d’un  » élément vibrant  » capable de proposer du son au porteur  » via contact avec la tête de l’utilisateur « .

Il est aujourd’hui difficile de savoir réellement ce que donnera Google Glass, la diffusion des informations ne s’accélérant  pas spécialement avec l’échéance de la sortie du dispositif et le seul enthousiasme de Google ne suffira certainement pas à faire débourser 1500$ pour se procurer l’appareil.

glass2

Par Nabil Chaibi

Darpa : des tourelles Laser pour les avions de chasse. Par Nabil Chaibi

Darpa HELLADS
C’est un projet tout à fait sérieux que vient de dévoiler la Darpa, visant à équiper les chasseurs de tourelles Laser. Mais loin des films de science-fiction, l’équipement aurait un but principalement défensif.

Le projet mis en place par la Darpa fait suite à une première tentative abandonnée dans le cours de l’année qui visait à l’installation d’un canon laser sur le nez d’un Boeing 747 permettant de neutraliser d’éventuels missiles balistiques lancés depuis la Corée du Nord.

Mieux qu’un seul projet, ce sont en fait 2 modules qui sont actuellement développés, le HELLADS ( High Energy Liquid Laser Area Defense System) et l’ABC ( Aero-Adaptive/Aero-Optic Beam Control).

HELLADS ( photo de la vignette de l’article) se présente comme un laser de 150 kilowatts 10 fois plus petit et plus léger que les systèmes actuels, utilisables depuis le sol, en l’air et également dans des configurations air-sol. L’objectif du développement est d’arriver à développer un laser pesant moins de 5Kg par kilowatt développé tout en ne dépassant par un volume de plus de trois mètres cubes. Le système devrait être utilisé à des fins offensives.

Darpa ABC

Orienté à des fins défensives, le module ABC devrait se présenter comme une tourelle montable sur des avions de chasse et capable de neutraliser des missiles avant leur impact avec l’avion. Globalement, le principe reprend celui déjà proposé par la Darpa qui permet de faire exploser des missiles en vol depuis un appareil positionné au sol à l’aide de laser puissant. La difficulté actuelle réside dans le fait que l’approche des missiles se fait généralement par l’arrière de l’avion, un angle qui propose énormément de turbulences pour clairement focaliser le rayon avec suffisamment de puissance et de précision pour être efficace.

Malgré des images d’illustration sommaires, la Darpa a annoncé déjà disposer de solutions très avancées des deux modules, si bien que leur intégration pourrait intervenir dès 2014 pour initier les phases de test.

NASA : Opportunity attaque sa dixième année sur Mars. Par Nabil Chaibi

On aurait tendance à l’oublier, sa petite soeur étant davantage mise en avant actuellement, mais la sonde Mars Opportunity vient de fêter son anniversaire, entamant sa dixième année de présence sur la planète rouge.

Opportunity a ainsi atterri sur le sol martien le 24 janvier 2004, trois semaines après que Spirit ne se soit posée également sur la planète. Entre temps, Spirit a cessé de fonctionner en 2010, mais opportunity est toujours en activité sur Mars, procurant aux scientifiques des informations permettant de mieux appréhender le passé de la planète.

Cinq fois plus petite que Curiosity, la sonde Opportunity aura tout de même largement participé au succès de sa petite soeur, permettant aux scientifiques d’anticiper les outils à envoyer sur Mars, et après plus de 9 ans de mission, la NASA considère son projet comme un véritable succès, allant bien au-delà des prévisions initiales.

Initialement, le projet Spirit et Opportunity devait étaler la recherche d’une présence d’eau passée sur le sol martien pendant une période de trois mois seulement. Rapidement, ces preuves ont été découvertes et le projet s’est orienté vers de nouveaux horizons.

Sonde-Opportunity

Actuellement, Opportunity analyse des dépôts argileux sur les bords du cratère Endeavour. L’argile se forme dans les milieux aqueux neutres ( ni acide, ni basique) également favorables au développement de forme de vie microbienne ou bactérienne. La zone se veut donc la plus susceptible de proposer des traces d’une vie passée sur Mars.

Opportunity a donc encore du travail devant elle, et l’arrive de Curiosity et des sondes à venir ne devraient pas remiser le rover à la retraite, chacun des robots étant attitré à une zone spécifique de Mars afin de multiplier les chances de découverte d’envergure.

Malgré son âge et un bras robotique diminué, Opportunity est dans une condition de conservation remarquable selon la NASA, ce qui n’empêche pas l’agence spatiale de prendre chaque jour supplémentaire d’activité comme une bénédiction, le robot n’ayant pas été prévu pour durer aussi longtemps.

Heureusement, la relève est déjà en place et ne constitue que le début de l’invasion robotisée de la surface de Mars.

Par Nabil Chaibi

Revente de cartes cadeaux avec Esioox. Par Nabil Chaibi

52%* des Français se disent prêts à revendre un cadeau de Noël cette année contre 48% qui se refusent à l’envisager. Le « cadeau reçu en double » constitue la principale raison de la revente.

10 à 30% des cartes-cadeaux offertes ne plaisent pas à leurs bénéficiaires. 1 titre sur 4 expire avant d’être utilisés. C’est dans ce contexte qu’est née Esioox, plateforme d’achat, de vente et d’échange de cartes cadeaux .

Image cadeaux Noël

Sur Esioox, vous pouvez aussi acheter des cartes-cadeaux issues de 150 magasins (mode, décoration, électroménager, grande distribution…) et 300 sites marchands (Pixmania.com, Florajet.com, Mistergooddeal.com, Cdiscount.com…).

Esioox, c’est simple, sûr et malin !

Esioox.com se veut rassurant et simple d’utilisation. Grâce à une navigation intuitive, l’internaute peut rapidement acheter ou vendre une carte cadeau.

En plus, c’est rapide ! Pour chaque carte vendue sur le site, vous recevez un chèque ou un virement Paypal 24 heures après la réception de la carte par Esioox. Pour chaque carte achetée sur le site, vous la recevez chez vous dans les 48 heures.

Avec Esioox vous profitez de petits prix, il est possible de trouver des cartes cadeaux de 5% à 30% de remise par rapport à la valeur réelle de la carte en magasin.

Esioox.com, un avantage aussi pour les marques

On constate que le bénéficiaire d’une carte cadeau augmente le montant de son panier moyen. 81% des utilisateurs de titres cadeaux dépensent plus que la valeur initiale de leur carte.

Aux Etats- Unis, un client qui possède une carte cadeau ou un chèque cadeau présente un panier moyen supérieur de 40% au client standard.

En savoir plus :

Logo d'Esioox

Par Nabil Chaibi

Scoop.it nouvelle version : avant/après. Par Nabil Chaibi

Scoop.it  est un outil de curation, qui permet de partager et éditer du contenu du web sur un sujet donné. Le site vient de lancer sa nouvelle version qui, sans modifier le concept, propose une nouvelle interface et une nouvelle ergonomie.

Pour rappel, Scoop.it compte 6 millions de visiteurs uniques par mois et plus de 1.000 comptes Premium, qui permettent une personnalisation poussée des profils (dont Orange, La Poste, EDF…).

Je vous propose une petite visite du nouveau Scoop.it en images, sur le mode avant/après :

Dans cette nouvelle version, Scoop.it redonne la première place au contenu  en replaçant en haut de page les derniers posts (qui s’appellent depuis « scoops »). L’image de profil et le graphique de statistiques sont replacés sur la barre latérale gauche pour une lecture plus claire des informations. C’est notamment vrai pour le texte de bio du profil, beaucoup plus lisible désormais.

La barre de navigations en haut de la page gagne du coup en clarté avec le repositionnement du moteur de recherche et des accès posts, topics, profil.

AVANT :

APRES :

Le grand intérêt de Scoop.it est de pouvoir regrouper les contenus sélectionnés par « topic » ou sujet. Sur le profil Scoop.it Emarketing.fr, j’ai repris quelques thématiques du site, à savoir Marques, Médias et Social media (d’autres à venir).

La grand changement avec cette nouvelle version est la possibilité de s’abonner et suivre directement un sujet via le bouton « Follow » (ci-dessous une version test avec un bouton « curate » abandonné depuis). Très pratique.

Enfin, on voit désormais pour chaque topic le nombre de vues mais aussi le nombre de followers, une information utile pour juger la popularité d’un sujet (et par là de son auteur).

AVANT :

APRES :

Place au blanc pour la nouvelle page My community sur Scoop.it. Le nouveau design ne s’arrête pas là : le site nous propose dorénavant trois colonnes. Là où l’on voyait 8 profils, on en consulte maintenant 15 d’un coup d’oeil. De plus, leurs topics sont désormais cliquables, une interactivité bienvenue qui permet de consulter puis éventuellement s’abonner à un topic en un clic.

AVANT :

APRES :

Scoop.it ne propose pas ici une révolution de son service mais un nouveau design, plus clair, plus épuré, qui vise bien à améliorer l’ergonomie et l’expérience utilisateur. Les informations importantes sont mieux disposées et les topics plus faciles à trouver et à suivre.

Scoop.it, qui a déjà prouvé son efficacité, fait un pas de plus pour séduire les curators du web en leur proposant un outil plus beau et mieux pensé. Il n’y a plus qu’à curer l’information maintenant ! :-)

Un grand merci à Hélène de Scoop.it de m’avoir permis de tester en avant-première le nouveau design du site.

Par Nabil Chaibi

Push to add drama 2 : quand la TNT crée le buzz… Par Nabil Chaibi

L’année dernière, lors du lancement d’une chaîne TNT belge, la vidéo « Push to add drama » avait fait pas mal de bruit sur le web et affiche aujourd’hui plus de 42 millions de vues sur YouTube.  Cette année, la campagne « Push to add drama » revient pour les Pays-Bas avec une vidéo baptisée « A dramatic surprise on an ice-cold day ».

Push_to_add_drama_2

Le concept est assez sympa et semble efficace niveau communication puisque cette deuxième saison comptabilise déjà presque 2 millions de vues. Un gros bouton rouge est placé au milieu d’une rue. Certains passants intrigués par ce bouton ne peuvent pas s’empêcher d’appuyer dessus. Trop tard pour eux, ils se retrouvent plongés au cœur d’un film d’action qui se déroule sous leur yeux et dont ils font partie.

Via PubliGeekaire

Et pour ceux qui souhaitent voir la saison 1  « A dramatic surprise on a quiet square ».

Par Nabil Chaibi