Bordeaux : le coup de gueule de Francis Gillot

Peu de buts, pas beaucoup de spectacle. Depuis quelques semaines, Bordeaux est beaucoup raillé à travers la Toile. Les matches bordelais programmés le dimanche en raison de la Ligue Europa ne se sont pas avérés des réussites, certains appelant même ces rencontres le Siestico. À force d’entendre cette rengaine, l’entraîneur des Girondins Francis Gillot est sorti de sa réserve en conférence de presse. Et a livré le fond de sa pensée sur ces récurrentes critiques.

« On nous tire dessus sans comprendre les choses. On nous dit qu’il faut jouer la Coupe d’Europe à fond ; on la joue à fond et évidemment, en championnat, on souffre. Comme beaucoup d’équipes européennes. Mais ça, personne ne le souligne. On ne pense qu’à nous mettre la tête sous l’eau. On fait un beau parcours européen, ça passe complètement inaperçu. On est qualifié en Coupe de France, ça passe inaperçu. Aujourd’hui, on fait un meilleur championnat que la saison dernière. On a plus de points qu’à la même époque, alors que nous sommes qualifiés en Coupe de France et que l’année dernière, nous étions éliminés. Mais Bordeaux, c’est l’équipe à abattre, l’équipe à critiquer ! », a-t-il lancé. Gillot n’apprécie clairement pas le traitement médiatique réservé à son club.

« Les gens parlent beaucoup sans connaître les choses. Ceux qui sont derrière un micro estiment que cela leur donne tous les droits. Mais il faudrait aller au fond des choses. Il faut connaître le sujet. Je n’aime pas que l’on critique Bordeaux parce que c’est mon club. Mais il faut des arguments. On dit beaucoup de choses sans arguments derrière. Ce sont des débats sans intérêt. Des débats de comptoir, des débats de bistrot… Mais si ça vous arrange de taper sur Bordeaux, allez-y ! », a-t-il poursuivi. Gillot a du mal à encaisser les critiques sur l’ennui suscité par certains matches de son équipe, mais il ne doit pas oublier que tous ou presque encensent son travail, encore plus depuis qu’il a dû faire face à la vente de Gouffran et Jussiê lors du dernier mercato hivernal. Le match face à Lorient demain sera l’occasion de prouver que Bordeaux est capable d’être séduisant !

Par Nabil Chaibi

Publicités

OM : le coup de gueule de Vincent Labrune !

Un arrêté ministériel empêche l’Olympique de Marseille de se déplacer avec ses supporters, dimanche, au stade du Ray face à Nice. Vincent Labrune, président olympien, a exprimé toute son incompréhension et son énervement suite à cette décision, sur le site officiel du club : « Après la réunion préparatoire du 19 mars, la Préfecture des Alpes-Maritimes avait affirmé pouvoir garantir la sécurité au stade si 4 unités de forces mobiles étaient attribuées pour cette rencontre. Cette condition étant remplie, il n’y a aucune raison d’empêcher nos supporters de venir soutenir leur équipe. D’autant plus que leur comportement irréprochable lors des deux déplacements à Paris, à la fin du mois de février, a démontré leur attitude responsable et le travail accompli par le club dans ce domaine ».

« Je constate encore que le match de dimanche est classé à hauts risques, au niveau 3, soit au même rang que pour les rencontres ayant opposé Nice à Saint-Etienne, Bordeaux ou le PSG. Or, aucune interdiction de déplacement n’a été prononcée à l’occasion de ces rendez-vous aussi importants que le nôtre pour une qualification européenne. Les motivations de cette interdiction sont donc contradictoires et incohérentes. L’OM ne peut endosser tous les maux du football français, sous prétexte qu’il draine la plus forte colonie de supporters à chacun de ses déplacements. La passion est un droit. C’est aussi notre fierté. Les avocats du club ont d’ores et déjà déposé un référé liberté et un référé suspension auprès du tribunal administratif », a-t-il prévenu.