Cyberattaques : la Chine accuse les USA d’être à l’origine de deux tiers des attaques

Après les révélations de divers journaux, puis du groupe EADS concernant les tentatives de hack opérées depuis la Chine pour accéder à des données jugées sensibles, le gouvernement Chinois rend la pareille et dénonce subir des cyberattaques récurrentes de la part des États-Unis sur ses structures militaires.

C’est le ministère de la défense chinois qui pointe actuellement du doigt les États-Unis en les accusant d’être à l’origine de deux tiers des 144 000 brèches de sécurité exploitées tous les mois pendant l’année dernière. Le gouvernement chinois indique ainsi que les sites de l’État ont été la cible de multiples attaques dans le courant de la semaine dernière.

 » Les sites du ministère de la Défense et de l’armée chinoise ont rencontré de sérieuses menaces et tentatives de cyberattaques depuis qu’ils ont été mis en place, et le nombre de ces hacks a beaucoup augmenté ces dernières années « 

, rapporte Geng Yanshend, porte-parole du ministère de la Défense.

 » D’après les adresses IP, les sites du ministère de la Défense et de l’armée chinoise ont été, en 2012, attaqués en moyenne 144 000 fois par mois depuis l’autre côté de l’océan, parmi ces attaques, 62,9 % proviennent directement des États-Unis. »

cyberattaque

Les accusations du département de défense chinois font suite à un rapport de la société Mandiant qui indiquait que les diverses cyberattaques des sites des principaux journaux et médias américains trouvaient leur origine en Chine. Le rapport de 60 pages indiquait alors que le piratage avait été opéré depuis l’unité de Shanghai de l’armée populaire de libération.

En réponse, le gouvernement chinois avait renvoyé la balle aux États-Unis en leur rappelant être conscient de subir également de nombreuses attaques, sans pour autant utiliser cela comme un motif de critique vis-à-vis des États-Unis.

Il est aujourd’hui difficile de savoir ce qu’implique ce changement de ton dans le discours chinois, et s’il implique un renforcement des structures de sécurité informatique ou s’il annonce des sanctions, ou même des actes de représailles. Toujours est-il qu’une main est tendue, Geng Yansheng ayant déclaré :  » Nous espérons que les États-Unis seront enclins à expliquer et à clarifier la situation ».

Par Nabil Chaibi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s